dimanche 8 octobre 2017

13-Évelyne Patte

 Moi bof 
Elle était belle mon Evelyne 
Christophe Bougenot  3 ans (DCD à 20 ans) ici avec mon fils Didier 6 ans

Séparation et divorce très compliqué avec Denise


Evelyne Patte jolie rencontre elle travaillait dans le dix-septième arrondissement comme moi, au début nous nous voyons très simplement nous parlions de tout et de rien, ce qui avait dû nous rapprocher c'est sans doute un livre l'exorcise, elle lisait aussi ce bouquin, nous n'avions pas encore vu le film pourtant au box office. 

Evelyne et moi en 1973 

 Cinq-ans pour divorcé


  Evelyne avait étés la pour m'aider, oui heureusement elle travaillait comme comptable dans une entreprise d'emballeur layetier d'objets d'art, je n'avais pas honte de dire, qu'elle avait un très bon salaire, alors dès les premiers jours elle m'a tendu la main, je ne lui avait rien caché sur ma vie avec Denise et nos divers déboires, je dois reconnaître qu'il y avait des mois, où je ne pouvais rien apporter à notre couple, entre les avocats, les avoués, les changements de palais de justice et la pension des enfants ma  paie ne suffisait pas, elle me prêtait un peu beaucoup passionnément, si j'ose dire.
Denise m'avait pourrit la vie, sa vengeance fut terriblement insurmontable, {merci à elle} j'ai visité au moins trois villes, surtout leurs palais de justice, Paris, Créteil  enfin celui de la ville de Pontoise, je ne comprenais  pas cet acharnement.
A chaque ville les avocats refusaient de poursuivre le dossier, je payais pour rien, les voleurs c'est gens là me disais-je.

 Abandons d'enfants, pour une femme ce n'était pas grave à cette époque à bon ! ! !

 Et voilà le pire, comme chaque jour je prenais mon travail à huit heures du matin une journée comme les autres, avant d'aller au travail  avec Evelyne nous allions prendre un petit café ensemble, dans la brasserie entre nos deux boulots.
Début de journée, notre responsable de service monsieur Gillet, donnait le travail à chaque chef d'équipe (une table trois personnes un chef de table, où d'équipe) première étape,         

démaculage du travail de la veille, (je reviendrais sur ce mot démaculage *ici*) Au environ de onze heures je ne m'en souviens plus exactement, Monsieur Gilet qui était à la réception avec un client, reviens vers moi tout bizarre, va vite au portail une personne veut te voir, j'ôte vite mon tablier, ma blouse et arrive devant l'entrée, Didier et Ghislaine étaient là en cris et larme, leur mère venait de les abandonner, déjà loin elle courait sans se retourner.
 J'ai été m'habiller en vitesse, j'ai retrouvé les enfants, direction Gagny, la mairie aux bureaux des assistantes sociale, j'étais complètement abasourdi, je m'attendais à tout sauf à ça.
  Je m'étais expliqué sur ma situation du moment, mon hébergement chez une amie depuis notre séparation <<je vous passe les détails de mes explications avec les services sociaux>> ils ont trouvé très vite une famille d'accueil en Normandie, vers dix-huit heures un chauffeur de la petite enfance nous avait emmenés dans cette famille, je l'avais accompagné pour rassurer les enfants,  Denise leur avaient fait, un petit bagage de fortune, je vous jure que j'étais très mal et les enfants pas mieux, quel traumatisme pour eux, j'en avais conscience, j'étais certain que leur vie serait marqué, par se triste jour.
 Trois heures après nous sommes arrivées, dans cette famille d'accueil, les enfants étaient à bout de forces, durement touché par cette dur journée ils ce sont écroulés très fatigués, si bien qu'ils ne c'étaient pas doutés de mon départ, entre temps bien sûr j'avais appelé Evelyne, pour lui raconté l'affreuse histoire, de cette journée.
Au retour elle m'attendait, elle m'avait pris dans ses bras je pleurai, mes nerfs avaient lâché.
 Le lendemain retour à Gagny, j'avais étés déposé une main courante, pour abandon d'enfants après retour à la Mairie pour les formalités au bureau d'aide sociale, avec l'espoir d'avoir une aide pour la garde des enfants, aide que j'avais obtenu, si peu soit-elle, elle fut directement versée  à la famille d'accueil, je complétais chaque mois. 

Je les appelaient régulièrement, je les est pris plusieurs week-end avec moi, mais Evelyne n'acceptait pas Ghislaine et pour Didier elle le tolérait tout juste alors j'allais les voir seul.
Ghislaine qui commençais à se rendre compte de la situation  ne souhaitait plus venir avec moi, d'avoir appris que je n'étais pas son père, fut sans doute un traumatisme supplémentaire pour elle.
Ghislaine ne voulait plus venir avec nous nous elle préférait rester dans sa famille d'accueil.
Alors avec l'aide des services sociaux d’Aubervilliers, j'ai été chercher Didier pour l'avoir plus proche de moi je les fais placé dans une autre famille.
 Cette nouvelle famille  habitait dans cette grande tour appelé la tour Pariphérique, elle donnait "donne toujours d'ailleurs" devant le boulevard circulaire "le périphérique", Didier n'avait plus grand chose comme affaire valable, je ne m'en étais pas rendu compte, mais il avait beaucoup grandi, avec Evelyne nous l'avons rhabillé complètement.




La photo doit-être de 1973 il devait avoir 6 ou 7 ans et Christophe 3 ou 4 ans.

 Tout les deux en Marin le petit Christophe et Didier
1972 Mariage Raymond 
Mariage Danielle 1974

 Enfin mon fils était près de moi chaque week-end nous passions de merveilleux moments ensemble, mais chaque fois que je le ramenais c'était l'horreur des cris des pleures encore et encore, j'en avais vraiment marre.
Malgré tout ça, une bonne nouvelle, enfin j'avais eu mon permis, après trois essais, un premier à l'armé, mais j'avais été piégé en civile c'était interdit à cette époque tu es militaire tu devais resté en militaire "les cons", donc je n'avais pas pu passer mon permis. 




Deuxième essais, je l'avais passé quand j'étais avec Denise, à cette époque c'était dans la voiture et beaucoup à la tête du client, voir même avec sous de table et la complicité de l'auto école c'est comme ça que Renè mon frère l'avait eu.

 Di-Maria il s'appelait l'inspecteur, un pied  noir, un vrai vice-lard  sous sa seule volontés, il jouissait c'était certain, de voir trembler le candidat dans la voiture, je n'avais pas trop mal répondu à ses questions, mais pour le parcours, j'étais en panique complète, calé recalé.
Je le voulais ce putain de permis, Evelyne m'avait offert un 33 tours sur le permis conduire, comment réussir son permis, moi des bouquins, à fond dedans du rabâchage jour et nuit, des cassettes V H F, le permis c'était une grille avec quarante ou cinquante questions sur un écran où passait quatre mises en conditions du code routier, il fallait mettre une croix, sur la ou bien les,         cases A, B, C, D.
"Di-Maria" "encore lui" était l'inspecteur principal de l'épreuve enfin convocation à la sous préfecture du Raincy dans le 93,  début de l'épreuve, quelle chance je voyais tout ce que j'avais appris par-cœur, dernier tableau fin de l'épreuve enfin, arrivée devant mon tortionnaire, il a posé son transparent de contrôle sur ma grille, grrrr une fois deux fois, d'un seul coup il se lève et hurle tous  fière, hé les amis, j'ai un zéro faute là, je n'y croyais plus, sur cinquante candidats le seul à faire zéro faute, je n'en revenais pas, j'ai eu mon papier pour passer la conduite, que j'avais eu en deux passages.
Qui m'avait passé la conduite cette nouvelle, première fois "DI-Maria", il m'avait dit c'est pas mal, mais il vous manque encore un peu de conduite, la Haine il ne comprenait pas, qu'avec sa gueule de métèque de juif errant de pâtre grec (chanson de George moustaki -Le Meteque) il ne devait pas se rendre compte qu'il foutait la trouille au candidat.
Deuxième passage, après plusieurs leçons de plus, je suis enfin tombé sur un autre inspecteur, tout s'est bien passé j'étais gonflé à bloc, de toute façon il ne c'était  pas occupé de moi, il discutait avec le moniteur de l'auto école, un ami à lui tien donc, un moment il me dit allé à droite, zut zut zut je vais à gauche et oui je suis ambidextre, pas grave m'avait-il dit, rattraper plus loin trente minutes après je me suis dit bon bah c'est foutu, il sort un carnet jaune, le pose et prend, le carnet rose, hourra  après quelques notes, il m'avait donné mon papier en me disant, bon je vous fais confiance je vous le donne, ouf enfin j'avais mon permis  de conduire.
Le père d'Evelyne nous avait offert sa vieille deux chevaux elle tombait trop souvent en panne, alors nous avions trouvé une belle R8, pas trop chère. 


Nos vacances que dans le sud est ou sud ouest 

La mère d'Evelyne avait de la famille des deux côtés, une année à droite l'autre à gauche, première année de permis la Camargue, en Renault 8 Majeur, avant c'était soit le train ou tassé dans la voiture du père.

Condamnation après avoir rendu à leur mère ses enfants
 (jugements *ici*)

    J'ai étés condamné pour avoir rendu à une mère ses enfants, qu'elle avait pourtant abandonnés, quatre ans plutôt, une mère indigne de ce nom et qui n'était jamais survenue à leurs bien-être, en plus j'avais étés condamné pour avoir adopté une fille qui n'était pas de moi, mais issus d'un viole par un marchand de tapis malvoyant "en plus" je l'appris bien plu-tard, alors à mon tour je me sentais violé, par la justice, qui avait profité de ma faiblesse, pour me donner l'estocade.  
  
   Je trouvais que le juge n'y avait pas étés avec le dos de la cuillère, j'étais devenu un voyou et elle recevait des lauriers c'est ça la justice. 
J'ai assisté à des jugements en tant que Juré, oui c'est ça les jurés, sont bidons c'est le juge qui leur donne son avis pour les jugements, il est trop juge et,  parti forcément les jurés suivent le juge, presque à chaque fois.
   Oui j'en avais voulus à ce ou ces juges de ne pas avoir  tenu compte, que moi je ne les avais, pas mis dehors et encore moins laissé sans rien, je m'étais battu pour leur bien-être, même si ce n'était pas parfait
  Moi j'avais étés condamné à payer chaque mois 500 francs 76,22 euros, elle à cent francs 15,24 qu'elle  n'avait pratiquement jamais payé.

   Ce jugement m'avait achevé, mais il avait aussi eu raison de mon couple avec Évelyne.


Foire du trône en juillet 1975 j'avais tenu promesse je couperai ma moustache si avec Evelyne notre histoire prenait fin.
Oui, ce n'était pas encore complètement la fin, mais ça n'en était pas loin nous en avions parlé longuement et puis Evelyne était très portée sexe moi je n'assurais plus trop je n'étais vraiment pas à la hauteur alors elle allait ailleurs, je ne souhaite pas salir sa mémoire, car c'était vraiment une, chic fille j'avoue lui devoir beaucoup.
Evelyne était atteinte de Rhumatisme  Articulaire Aigu, elle m'avait appris sa maladie et aussi comment agir en cas de crise.
Le R A A est une affection auto-immune et on considère que les principales cibles, sont articulaires et cardiaques, résultent d'une analogie entre le streptocoque B-hémolytique du groupe A et ces tissus.
 j'avais donc pour elle appris à faire les piqûres intramusculaire, alors dès qu'elle avait une crise qui se manifestait par des contractions musculaire, des blocages avec de très forte douleurs, également cardiaque, alors vite il lui fallait une piqûre extencilline, ça la fatiguait beaucoup elle allait s'allonger le temps que la piqûre réagisse, elle avait toujours sur elle de quoi faire une piqûre.
Une dernière avant de fermer cette partie de ma vie, un ami d'enfant la pilonnait sans cesse il la voulait, mais par deux fois elle en avait préféré un autre, quand nous nous sommes séparé elle avait dit qu'elle irait avec lui, de toute façon rien ne m'empêchera de voir ailleurs.
J'avais trouvé une petite location proche de mon travail, rue Legendre nous avons continué de nous voir encore quelques mois pour le sexe bien-sur il est vrai que j'aimais beaucoup faire l'amour avec elle, je n'ai pas rencontré de femme avec la même fougue.
Il avait fallu que je fasse un choix l'aquarium et mon tableau ou la Renault 8 Majeur j'ai choisi la R 8  avec quelques regret 

Et puis est arrivée celle qui aujourd'hui partage ma vie depuis quarante ans.

MAIS NON PAS LA VOITURE

  Evelyne avait accepté avec ses parents qui poussaient derrière, de se marier avec son ami d'enfance "un catholique limite intégriste" la pauvre, avec elle il n'aura pas la loi. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire