samedi 7 octobre 2017

14-Divorce et désaveux

Début du divorce 

Après avoir abandonné Ghislaine et Didier devant la porte de mon travail en 1970 j'avais rencontré un avocat, quand il m'avait donnés ses honoraires je suis tombé de haut, mais je ne pouvais rester  dans cette situation d'ambiguïté la petite Evelyne me plaisait bien alors je m'étais dit un jour si nous devions aller plus loin autant être libéré de cette furie "Denise".  
 Enfin un tribunal qui a accepté avec l'aide de cet avoué maître Malherbe de recevoir ma requête comme ils disent, Denise avait donc été condamnée. 
 Elle avait étés condamnée à un droit de visite et une pension de cinquante francs, par enfants elle en avait payé, qu'une seule car je l'avais obligé en retour au tribunal à ce que sa condamnation soit exécutée. 
Elle exerçait, je m'en souviens bien, son droit de visite quand ça l'arrangeait, la famille d'accueil de Normandie qui gardait Ghislaine en avait assez, de ne pas savoir quand elle viendrait, chercher sa fille.

Après l’entrée dans de très grande difficulté et

 la fin de mon histoire avec Évelyne

 En effet à cause de son fils qui était livré à lui-même et n'écoutait rien je commençais de plus en plus à m'engueuler avec Évelyne au début, je lui disais tu ne devrais pas le laisser faire ce qu'il veut, ce gosse ne respecte rien, aucune autorité en plus tes parents et ses grands parents, le chouchoute trop, il leurs crache dans la gueule monte sur la table pousse d'énormes colères personne ne lui dit rien, moi j'avais été, avertis de ne pas me mêler de l'éducation de ce  petit monstre.
Puis Évelyne n'avait jamais acceptée mes enfants et ça c'est une raison plu-tard de notre séparation.
Alors, Denise  avait enfin repris du poile de la bête elle avait trouvée un travail depuis ces quatre années et un copain, il ne lui manquait plus que de contre attaquer pour la récupération des gamins. 
Après la demande des services sociaux et des enquêteurs de ceux-ci, rien n'allait en ma faveur, complètement lessivés je lui avait proposé de reprendre ses enfants, avant tout au départ pour qu'il se retrouve ensemble enfin.
Ghislaine  ne voulait pas retourner chez sa mère, (je m'en souviens encore elle dit à sa mère de toute façon tu es méchante tu nous as abandonnés) à neuf ans elle avait souffert de cette séparation.
*********
**
*

Des juges ça non j'avais rendu des enfants à une femme qui les avait abandonnée


J'ai étés condamné pour avoir rendu à une mère ses enfants, qu'elle avait pourtant abandonnés, quatre ans plutôt, une mère indigne de ce nom et qui n'était jamais survenue à leurs bien-être, en plus j'avais étés condamné pour avoir adopté une fille qui n'était pas de moi, mais issus d'un viole par un marchand de tapis malvoyant en plus, alors à mon tour je me sentais violé par la justice, qui avait profité de ma faiblesse, pour me donner l'estocade.  
Je trouvais que le juge n'y avait pas étés avec le dos de la cuillère, j'étais devenu un voyou et elle recevait des lauriers c'est ça la justice. 
J'ai assisté à des jugements en tant que Juré, oui c'est ça les jurés, sont bidons c'est le juge qui leur donne son avis pour les jugements,  il est trop juge est partie, forcément les jurés suivent le juge, presque à chaque fois.
Oui j'en avais voulus à ce ou ces juges de ne pas avoir  tenu compte, que moi je ne les avais, pas mis dehors et encore moins laissé sans rien, je m'étais battu pour leur bien-être, même si ce n'était pas parfait.
Moi j'avais étés condamné à payer chaque mois 500 francs 76,22 euros, elle à cent francs 15,24 qu'elle  n'avait pratiquement jamais payé.
Ce jugement m'avait achevé, mais il avait aussi eu raison de mon couple avec Évelyne.
 ********************

Dernier combat contre la diablesse

Chaque mois pendant huit ans j'ai envoyé en temps et en heure (contrairement à DENISE), les Cinque-cent Francs, mais voilà qu'un jour boom, je reçois d'un tribunal une révision de la pension alors qu'il était bien spécifié que cette pension ne devrait pas être révisé sur le coût de la vie.
Mon sang n'avait fait qu'un tour.
Elle ne s'était certainement pas attendu à ma réaction, comme par hasard le soir même je rencontre ma voisine, l'avocate l'appelait-on, longue discussion, décision qu'elle nous avait proposé, faire un désaveu de paternité, je ne savais pas que cela pouvait être encore possible Ghislaine ayant à ce moment-là, dix-sept ans.
Notre voisine et avocate Martine Sten... souhaitait cinq témoignages,  celui d'amis proches et de la famille,  j'avais eue Alain, ma tante Raymonde qui savait que Ghislaine n'était pas ma fille, Joseph son mari avait été un peu retissant, mais suivi quand même ma tante et enfin Suzanne et Dédé qui n'était pas encore mariés avait eu les cinq témoignages.  




Pour conclure merci ho toi au fond des ténèbres, pour cette lettre sur papier bleu avec un grand nombre de fautes d'orthographe  et pas les moindres petits vermisseaux de gentillesse, c'est à ce moment que j'ai compris que tu n’étais pas mon père.
J'avais rencontré une voyante extralucide, très connue pour des révélations avérées, elle m'avait dit que ma femme allait perdre un parent cher de mort violente, son oncle  Lucien a été tué dans un accident de chasse.

Pour conclure elle m'a dit que mon géniteur n'était  pas celui que l'on pourrait croire, elle voyait des choses qu'elle refusa  de me dire, je voulus  un autre jour la consulter, j'avais eu la tristesse d'apprendre son DC,
j'avais une nuit rêvé que ma mère c'était fait violé par un GI us où un anglais, mon rêve était pas trop précis.


******************

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire